Changement de continent, il est 0H00 Terminal 2 de l’aéroport de Bangkok, vélos empaquetés dans des cartons, nous nous envolons pour l’Australie à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de là.

Petit détail, nous sommes dans des avions différents ! Si Kinga voulait en découdre à pieds avec le bush Tasmanien, je rêve de camper dans les terres rouges de l’outback Australien . Dans l’hémisphère sud, le mois de Décembre marque l’arrivée d’un été brûlant. Après maintes réflexions et comparaison de données de température sur le continent Australien à cette période, j’ai décidé de suivre la côte sud de Perth à Melbourne. 4000Km alternant entre bush, exploitations céréalières immenses et désert. La distance de Madrid à Moscou avec des villes parfois espacées de 300km et des températures de 42°C. Le contrat avec Kinga est simple, se retrouver pour passer la fin de l’année en Tasmanie. On est le 3 décembre, j’ai donc moins d’un mois pour couvrir la distance, impossible de tout faire à vélo, pas de bus, train hors de prix, il me faudra avaler de grandes distances tous les jours en espérant que la chaleur du désert ne soit pas poussé sur ma route par le vent, et espérer trouver des aides extérieures.

DE PERTH A LUCKY BAY

Australie à vélo
Perth, pôle économique de l’Ouest Australien. 3h de décalage horaire avec Sydney. Une économie poussée par l’industrie minière. Dans les auberges de jeunesse de la ville, de nombreux jeunes français de moins de 30 ans attirés par les « Working holidays visas » errent à la recherche d’un emploi.
Australie à vélo-2
Sortie à vélo de la ville de Perth, l’église locale me donne sa bénédiction. Les chrétiens représentent 52% de la population Australienne (30% des australiens se déclarent sans religion).
Australie à vélo-3
Les pionniers de l’Ouest Australien n’ont défriché ces terres que dans les années 1920 créant villages et routes à leur passage.
Australie à vélo-4
Avant goût des lignes droites australiennes. Paysage qui ne va pas me quitter pour plusieurs semaines.
Australie à vélo-5
La côte sud de l’Australie bénéficie d’un climat méditerranéen. D’avril à Octobre les pluies d’hiver représentent 50 à 70 mm par mois de Perth à Adélaïde. L’été de Décembre à Mars est chaud et sec avec pas plus de 5 jours de pluie par mois.
Australie à vélo-6
La taille moyenne d’une exploitation agricole australienne est de 2950 hectares, tous types de production confondus, contre 55 hectares en France. En 2015, la plus grande exploitation agricole au monde était à vendre pour une surface de 2,4 millions d’hectares.
Australie à vélo-7
Préparation matinale !
Australie à vélo-8
Prêt pour une nouvelle journée
Australie à vélo-9
Le vent est mon principal ennemi dans ses lignes droites interminables. L’air est frais quand il arrive de l’Océan sud et des glaces de l’antarctique. A faire bouillir mon sang quand il vient du nord et des grandes plaines désertiques du centre de l’Australie.
Australie à vélo-10
Cimetière pour chien dans la grande plaine agricole. Des petites villes parsèment ma route. Elles sont distantes en moyenne d’une cinquantaine de kilomètres et dépassent rarement la centaine d’habitants.
Australie à vélo-11
Pas grand-chose à faire dans ce bout du monde. Pour ce démarquer des villes choisissent l’originalité : cimetière pour chien ici, championnat du monde de course de homard plus loin !
Australie à vélo-13
Pas si évident de trouver où poser ma tente dans cette immensité! La route, des champs de blé partout, et des clôtures !
Australie à vélo-14
Lac salé et réserve d’eau pour les exploitations autour,
Australie à vélo-15
Ligne droite de 100km, l’Australie est un pays pour les cyclistes patients !
40°C, vent de face, s’hydrater, s’arroser, sécher en 15 minutes, recommencer encore et encore…
Australie à vélo-16
Entrée d’une propriété agricole, la ferme est 10 kilomètres plus loin. Je lutte avec une dizaine de mouches qui tournent autour de mon visage pour prendre cette photo.
Australie à vélo-17
Je suis sous la surveillance d’un « Ornate dragon »
Australie à vélo-18
La « Wave rock », attraction touristique de l’Ouest Australien. La forme de cette roche de 15 mètres de haut et de 110 mètres de long a été modelée par une rivière il y a des millions d’années. Les cristaux qui constituent la roche ont été datés à 2,7 milliards d’années, soit parmi les plus vieux en Australie.
Australie à vélo-20
Lac salé de Hyden
Australie à vélo-21
Végétation du lac salé de Hyden
Australie à vélo-22
Tentative de surfer la Wave rock!
Australie à vélo-23
Coucher de soleil sur l’Outback australien.
Australie à vélo-24
Coucher de soleil sur l’Outback australien.
Australie à vélo-25
Réservoir d’eau de Hyden
Australie à vélo-26
Rouge et bleu !
Australie à vélo-27
Un Scinque à langue bleu. Quand il est effrayé, il exhibe sa langue bleu pour faire fuir l’agresseur. Il est commun en Australie et inoffensif.
Australie à vélo-28
Forêt d’Eucalyptus dans l’Outback Australien.
Australie à vélo-29
Scinque à langue bleu.
Australie à vélo-30
Mauvaise route!
Australie à vélo-31
Le père noël se déplace à moto dans l’Ouest Australien! Ici Noel se fête par 40C° !
Australie à vélo-32
41°C. Repos à l’ombre des arbres.
Australie à vélo-33
Bivouac après l’orage. Bord de route en direction de la ville de Espérance
Australie à vélo-34
Entrée d’une exploitation agricole. Bord de route en direction de Espérance.
Australie à vélo-35
Ville de Espérance. La ville a été nommée du nom du navire Français « L’espérance » commandé par Jean-Michel Huon de Kermadec. Avec le bateau « La recherche » ils étaient partis à…….la recherche de la Pérouse. Ils sont les premiers connus pour avoir accosté près de la ville actuelle en 1702, pour s’abriter d’une tempête.
Australie à vélo-36
Port de la ville d’Espérance.
Australie à vélo-37
Marée basse sur la côte australienne.
Australie à vélo-38
Plantation d’Eucalypstus
Australie à vélo-48
Pour se retrouver sur cette plage à espionner ce plagiste, les marsupiaux comme le Kangourou, ont été « sauvés » lors de la dérive du bloc Antarctique-Australie il y a 120 millions d’années. Ils ont pu s’y développer sans la concurrence des mammifères placentaires et de leurs prédateurs.
Australie à vélo-40
Kangourou sur la plage de « Lucky Bay ». Le processus de développement des marsupiaux est extrêmement lent ce qui rend les espèces marsupiales très vulnérables face au développement des espèces placentaires introduites comme les moutons, chats, chiens…

 

Australie à vélo-41
Le sable de la « Lucky Bay » est réputé comme étant le plus blanc de toute l’Australie. Il est dur et compact comme du verre pilé.
Australie à vélo-42
La « Lucky bay » tient son nom de l’explorateur Matthew Flinders qui s’y réfugia une nuit de Janvier 1802 après avoir affronté « un labyrinthe d’îles et de roches » en pleine tempête.
Australie à vélo-43
Dans le parc national « Cap Le Grand »
Australie à vélo-44
Un goéland australe, endémique de la côte sud du continent Australien (bec plus massif).

DANS LA PLAINE DU NULLARBOR

Dans la ville d’Espérance, j’ai trouvé un co-voiturage pour rejoindre Adélaïde. Grandes lignes droites, moteur essence, boite auto, climatisation en panne et conduite à gauche pendant 2300km.

Australie à vélo-46
La plaine du Nullarbor était autrefois habitée par des populations aborigènes semi-nomades. Les températures peuvent atteindre 48,5C° alors qu’il peut geler la nuit suivante.
Australie à vélo-45
La plaine s’étend sur environ 1200km d’Est en Ouest. C’est le plus grand ensemble au monde de calcaire d’un seul tenant.
Australie à vélo-47
Plus globalement, il n’y a pas de ville habitée entre la ville de Norsman et celle de Port Augusta soit plus de 1700km!
Australie à vélo-49
Voiture originale et lignes droites à perte de vue. C’est un euphémisme de dire qu’il est plus facile de traverser la plaine en voiture qu’à vélo. Même sans climatisation. La plaine a été traversée pour la première fois par des européens en 1840. Après quelques jours les protagonistes ont du faire demi-tour car leurs chevaux étaient morts de déshydratation.
Australie à vélo-50
Un oasis comme il y en a dans la plaine du Nullarbor.
Australie à vélo-51
Ville agricole en sortant de la Nullarbor.

DE ADELAIDE A MELBOURNE

Australie à vélo-52
Un pélican à lunette dans la ville verte d’Adélaïde. Il s’agit du plus grand bec connu pour un oiseau avec 50 cm.
Australie à vélo-53
Bord de route en sortant de la ville de Mont Gambier
Australie à vélo-54
Bord de route en direction de Warrnambool. Le Koala se retrouve principalement d’Adélaïde à la pointe Nord-Est de l’Australie. Le koala est étroitement lié à l’eucalyptus, dont il ne mange que les feuilles de certaines espèces. Le cerveau du Koala s’est réduit avec l’évolution, du fait probablement d’un régime faible en calorie, sa boite crânienne est remplie à 40% d’eau! Il faut avouer qu’il n’a pas l’air très intelligent…
Australie à vélo-55
Bord de route en direction de Warrnambool
Australie à vélo-56
Sur la « Great Ocean Road ». Probablement la plus belle route d’Australie.
Australie à vélo-57
Great Ocean Road – La route date de 1932 et serpente pendant 243km le long côte sud australienne. Elle permet d’accéder à de nombreux points de vue sur des formations rocheuses impressionnantes.
Australie à vélo-58
Plage pour passer le réveillon de Noel.
Australie à vélo-59
La vue depuis ma tente pour le réveillon de Noel.
Australie à vélo-60
The Grotto – Great Ocean Road
Australie à vélo-61
« London Arch ». En 1990 l’arche la plus proche du bord s’est effondrée piégeant 2 touristes sur la partie avancée. Ils ont dû être hélitreuillé!
Australie à vélo-62
« Loch ard gorge » et sa plage.
Australie à vélo-63
Great Ocean Road
Australie à vélo-64
Les aiguilles calcaires de « The Twelve Apostles ». Ils sont en réalité 8. Elles ont été formées par l’érosion et l’avancée de la mer sur la falaise. La vitesse d’érosion est de 2cm par an. En 2005, un « apôtre » de 50 mètres s’est effondré.
Australie à vélo-65
Végétation sur la Great Ocean Road.
Australie à vélo-66
Great Ocean Road
Australie à vélo-67
Les plaines agricoles de la Great Ocean Road.
Australie à vélo-68
Journée plaisante à vélo sur la Great Ocean Road.
Australie à vélo-69
Great Ocean Road
Australie à vélo-70
Un Cacatoès à huppe jaune!
Australie à vélo-72
Ville balnéaire sur la Great Ocean Road

GREAT OCEAN WALK

Pendant ce temps, Kinga explore la côte Sud Australienne sur les traces du Great Ocean Walk en guise d’échauffement avant de rejoindre la Tasmanie (voir article « A travers la Tasmanie »)

Great Ocean Walk-19
Sentier côtier de 104 km le long de la Great Ocean Road, il est ouvert depuis 2001. Il compte parmi les randonnées les plus renommées en Australie.
Great Ocean Walk
Forêt d’Eucalyptus. Il existe 800 espèces d’Eucalyptus et elles couvrent 95% des forêts d’Australie. Les arbres, contrairement à ce que l’on connait, ne perdent pas leurs feuilles mais leur écorce! Cela met à jour toutes nuances de couleurs du rouge à l’orange.

 

Great Ocean Walk-2
Un habitant solitaire des forêts d’Eucalyptus. Le premier Koala rencontré par Kinga sur le Great Ocean Walk. Les feuilles d’Eucalyptus couvrent 95% de leurs besoins en eau. Le nom aborigène du Koala signifie littéralement « Ne boit pas ». Les feuilles d’eucalyptus sont toxiques pour la plupart des êtres vivants. Le koala consacre 20% de son énergie à la détoxication. Il dort 18h/24h. Kinga a réveillé celui-ci!
Great Ocean Walk-3
Première fois en chaussure de marche sur la plage!
Great Ocean Walk-4
Un wallaby bicolore ou encore « Black Wallaby ». Il vit principalement dans le sud de l’Australie et contrairement aux autres Kangourous, il adopte un mode de vie majoritairement nocturne, d’ou leur camouflage noir et se nourrit de branche et de broussaille au lieu des herbes du ras du sol.
Great Ocean Walk-5
Le sentier de Great Ocen Walk longe sur toute sa longueur la côte. Vue à l’infini jusqu’en Antarctique.
Great Ocean Walk-7
Nuage blanc envahissant la végétation locale.
Great Ocean Walk-8
Un « Mérion Superbe ». Les mâles et femelles présentent un dimorphisme sexuel important. Ici un mâle dans sa robe nuptiale. Ces oiseaux sont socialement monogames mais ils peuvent s’accoupler avec d’autres partenaires ou aider à l’élevage des jeunes d’autres couvées. Lors de la parade nuptiale,  les mâles arrachent des pétales jaunes et les exhibent aux femelles.
Great Ocean Walk-9
1 mois après la naissance, le bébé Koala ne mesure qu’un centimètre. Il reste 5 mois caché dans la poche de sa mère et sort définitivement au bout de 8 mois. A noter également, que contrairement aux apparences le Koala adulte peut courir très vite et a un cri digne d’un tigre. Bon à savoir avant de dormir sous la tente pour éviter la crise cardiaque.
Great Ocean Walk-10
Johanna Beach. Une des plus spectaculaires plage de la côte sud, nommé suite à un naufrage du vaisseau « Johanna » en provenance de Tasmanie en 1843.
Great Ocean Walk-11
Une sympathique famille rencontrée sur la Johanna Beach.
Great Ocean Walk-12
Le sud-est de l’Australie se remet tout juste d’une inondation record en ce mois de Décembre.
Great Ocean Walk-13
La région de Victoria permet de profiter de 4 saisons en une seule journée.
Great Ocean Walk-14
Milanesia beach
Great Ocean Walk-15
Milanesia beach à marée basse
Great Ocean Walk-16
Le vent est souvent très fort sur la côte sud. Ici la marque de son passage.

Great Ocean Walk-17

Great Ocean Walk-18
Spot de bivouac proposé par le gardien d’une propriété ayant eu pitié de Kinga après une journée de 43km à 40C°. Il s’agit du jardin d’un riche propriétaire ne passant qu’une semaine par an dans cette maison secondaire! Dortoir de Kangourous juste à coté profitant également de son absence!
Great Ocean Walk-20
Ce gardien qui s’appelle Bryan écrit également dans la gazette locale, l’une des blagues du 1er Avril faisait croire que « The twelve Apostles » (voir photo plus haut) allait être renommé en « Blanche neige et les Sept nains ». Beaucoup y ont cru!
Great Ocean Walk-21
Dans le sud de l’Australie on rencontre trois serpents venimeux et parfois mortels : « Brown snake », « Tiger snake » et « Copper Head ». Le « Tiger snake » quand il se sent en danger fait un bruit similaire à celui du tigre. En réalité plutôt un chat, testé pour vous par Kinga qui a eu très peur!

 

Rédigé par Lionel Pourchier

Je vous racontes sur ce site mes aventures dans le cadre des deux projets de voyage que j'ai réalisé : "De l'Himalaya à Paris" en solitaire en 2015, et le "Tour des terres du Pacifique" en 2017/2018 avec mon amie Kinga Jakubowska.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s